Vous êtes ici : L'anthologiste » Conseils sur l'écriture » Le lancement de l’intrigue : Exposition et déclencheur

«

»

Le lancement de l’intrigue : Exposition et déclencheur

Le lancement de l’intrigue est un enjeu majeur dans le processus d’écriture d’une nouvelle. Il convient de capter immédiatement l’attention du lecteur, sans quoi… il zappe.

Le début d’une histoire contient deux composantes essentielles : l’exposition et l’élément déclencheur :

L’élément déclencheur

L’histoire est véritablement lancée à l’arrivée d’un événement que l’on nomme incident ou élément déclencheur et dont voici les caractéristiques :

Il doit concerner directement le protagoniste et provoquer une réaction.

Le héros d’une histoire est, par essence, celui qui réagit à l’élément déclencheur. Parfois, cet événement ne le vise pas spécifiquement, et ne touche pas que lui, mais il est celui qui réagit, c’est sa fonction dramatique première. Notons qu’un refus de réaction constitue en soi une réaction qui peut être temporairement justifiée.

Il doit bouleverser l’équilibre de vie du héros et générer un désir.

Il ne s’agit pas forcément d’un événement spectaculaire, le déclencheur de la plupart des histoires d’amour est un simple regard posé sur l’être aimé. On pourrait le comparer à un vase qui tombe par terre et qui doit nécessairement être brisé. S’il ne se brise pas, il suffit de le ramasser et l’histoire sera terminée. Cet événement doit occasionner pour le héros la prise de conscience d’un manque (il manque un vase). Le protagoniste va alors s’employer à combler ce manque. Cela devient son objectif, son désir le plus vif, et c’est cette volonté qui va soutenir tout le récit.

 « Pourquoi fait-il tout ça ?

— Parce qu’il en a vraiment envie ! »

Il doit être connu du héros.

Le héros ne doit pas être en mesure d’ignorer que cet événement à eu lieu. L’élément déclencheur n’est pas l’événement lui-même, mais la prise de conscience par le héros de cet événement : Si la maison du héros brûle, le véritable déclencheur de l’histoire, c’est le moment où le héros apprend que sa maison brûle.

Il nécessite parfois un catalyseur et se décompose alors en deux parties. Dans ce cas, il est important de rapprocher ces deux parties au maximum.

Dans la nouvelle petites pratiques Germanopratines, parue dans le recueil Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, Anna Gavalda expose une rencontre amoureuse. Le déclencheur est la rencontre avec un homme. Cette rencontre est en deux parties : 1) Elle le remarque dans la rue, ils se croisent et se sourient, elle ne s’arrête pas et imagine qu’il la suit du regard. 2) Elle s’apprête à traverser la rue quand il l’interpelle et l’invite à dîner.

Techniquement, l’incident déclencheur n’est pas le moment où elle le voit, parce que sa réaction (un sourire) ne lui permet pas d’atteindre son objectif (vivre une histoire d’amour avec cet homme), qui n’est alors qu’une pensée plaisante, mais pas l’objet d’un réel désir. Ce moment est un catalyseur qui va permettre à l’incident déclencheur d’être dynamique : l’homme l’invite à dîner. Elle est alors obligée de réagir. Le catalyseur est important : l’homme entreprend la femme parce qu’elle lui a sourit. L’histoire n’aurait pas été la même si l’homme avait surgi de nulle part dans son dos pour l’inviter à dîner. Elle aurait sans doute pris peur et l’aurait éconduit. Lorsque le catalyseur survient, il est important de faire suivre rapidement le déclencheur.

Il peut être négatif ou positif pour le héros.

Tout est possible. Bien entendu, un protagoniste couvert de bonnes fortunes tout au long de l’histoire est souvent moins empathique, mais le déclencheur peut être positif pour le héros : Le gain d’une somme d’argent, un nouvel emploi, un nouvel amour, une grossesse, la découverte d’un parent… Tout est envisageable, du moment que cet événement lance une histoire en générant un désir : l’argent l’éloigne d’amis qu’il va falloir récupérer, ce père retrouvé s’avère être un profiteur insupportable dont il faut se débarrasser ou lui donne envie de découvrir ce qu’on lui a caché de son enfance…

Il peut être le fruit du hasard.

Le hasard fait partie de la vie. Il est parfaitement acceptable dans un récit de fiction, mais la multiplication des hasards conduit au scepticisme. Deuxième point, plus un hasard intervient tardivement dans l’histoire, plus il risque d’être contesté par le lecteur. Une histoire peut être déclenchée par un hasard : « ils se croisent dans la rue, il tombe amoureux d’elle ». À l’inverse, une intrigue peut difficilement se conclure par un événement hasardeux : « alors qu’il est poursuivi par des créanciers qui ont décidé de le battre à mort, il s’engage dans une ruelle et tombe sur un sac poubelle oublié par des truands et qui contient des liasses de billets. Il rembourse alors ses dettes et reprend le cours de son existence ». À la fin d’une histoire, ce sont les choix et les actions du héros qui déterminent ce qui arrive.

L’exposition

Ce qui précède l’élément déclencheur s’appelle l’exposition. Cette partie a pour fonction de fournir au lecteur toutes les informations dont il a besoin pour comprendre le déclencheur et la réaction du héros. La taille de cette exposition varie selon le degré d’universalité du déclencheur : votre héros est policier, un crime a été commis, il n’y a besoin d’aucune explication préalable.

Dans les formats de récit longs, comme un film ou un roman, l’exposition peut parfois représenter 20, voire 25 % de l’histoire. Il faut créer une situation qui nécessite une succession de petits évènements mis bout à bout, il faut expliquer les raisons qui poussent le héros et parfois même l’antagoniste à agir comme ils le font. Dans une nouvelle, il est important d’être rapide, parce que le lecteur, s’il n’est pas interpellé immédiatement, risque de passer au texte suivant. La taille de votre exposition dépend aussi du genre auquel s’affilie votre histoire. Une histoire d’amour peut démarrer avec plus de vélocité qu’un drame par exemple.

Dans la nouvelle D’abacule à Aztèque (aadvark to aztec), de Christopher Chambers, choisie par Michael Connely pour paraître dans l’anthologie moisson noire, Miranda est une jeune femme qu’un concours de circonstances va pousser à l’adultère. Elle va tromper son mari une seule fois avec un jeune homme qui tombera amoureux et souhaitera la revoir, ce qui va conduire à un drame. L’exposition tient une place importante dans cette histoire. Le catalyseur est exposé au début du deuxième paragraphe : elle renverse avec sa voiture un jeune homme quelque peu pitoyable. Le déclencheur arrive en bas de la 5ème page : Il faisait du porte à porte pour vendre des encyclopédies, il a sonné chez elle, elle l’a reconnu et l’a invité à entrer et, alors qu’ils se font face sur le canapé, l’homme touche une tâche de naissance sur la cuisse de la femme (déclencheur). La femme le repousse, mais elle est troublée (désir). Au milieu de la page 7, soit à environ 35 % de l’histoire, elle l’embrasse et choisit de succomber au désir. Cette histoire démarre très lentement, parce que l’auteur a pris le soin d’expliquer pourquoi Miranda va finir par tromper son mari alors qu’elle n’y était pas prédisposée : elle est bien faite et les hommes la regardent, elle offre un café à l’homme qu’elle a renversé pour s’excuser, pendant leur conversation, elle rit comme elle n’avait pas ri depuis longtemps, son mari est un crétin, il consomme de la drogue, l’homme renversé fait des petits boulots, il pratique le porte à porte pour vendre des encyclopédies, il se retrouve chez elle par hasard…

Si votre déclencheur nécessite une exposition longue, vous devez la rendre attrayante. Voici deux techniques :

La promesse thématique

C’est la technique employée par Chambers. Voici la première phrase de la nouvelle : « Miranda Wheeler, en théorie, était opposée à l’adultère. » Cette phrase est primordiale, parce qu’elle permet au lecteur de savoir où l’auteur va en venir. Le déclencheur n’est pas encore arrivé, mais il est déjà annoncé. C’est comme si l’auteur nous disait : « voilà ce qui va arriver, mais soyez un peu patient, je commence d’abord par vous expliquer comment on va en arriver là. » En découvrant cette phrase accrocheuse, je savais que je lirais cette nouvelle jusqu’au bout, c’est brillant !

Le mystère

Un mystère suscite toujours l’intérêt du lecteur. Un simple dialogue « j’ai une grande nouvelle à t’annoncer ! », et le public se demande de quoi il s’agit. N’hésitez pas à introduire du mystère : « mais, qu’est-ce qu’il y a dans cette mallette ? » Il est préférable que ce mystère ne soit pas gratuit, mais on vous pardonnera un petit artifice s’il soutient une exposition un peu lente

 Et vous, quelles sont vos astuces pour démarrer vos histoires?

L’anthologiste

Lien Permanent pour cet article : http://www.lanthologiste.fr/exposition-et-declencheur/

9 commentaires

  1. LUCAT a dit :

    Bonjour, je me tourne vers vous car je pense que vous êtes bien placé pour me renseigner. En effet je suis sur un projet d’écriture d’une nouvelle, et j’aimerais savoir à quel temps doivent être conjugué les verbes, et doit-on utiliser la 3e personne parce que j’ai utilisé la 1ere mais je pense que là ça devient une autobiographie. merci de me renseigner.
    cordialement.

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour,
      Les réponses à vos questions dépendent de votre histoire et de la façon dont vous souhaitez la raconter. Ce sont des choix personnels.

      Le temps de la narration (présent ou passé) va déterminer le rapport entre le lecteur et le récit : Le présent offre plus de proximité puisque le lecteur suit une intrigue qui est en train de se dérouler, le passé propose plus de recul car l’histoire est terminée avant que l’on commence à la raconter.

      Quand il y a beaucoup d’ellipses et de flashbacks, c’est plus compliqué pour le lecteur de suivre une histoire écrite au présent.

      Le choix de la personne (je ou il) correspond à la place du narrateur dans l’histoire. Le narrateur est-il un personnage de l’histoire ? Si oui, on écrit à la première personne. Ca devient le récit autobiographique d’un personnage de fiction. Ca peut donner une forme de réalisme, au point que le lecteur se demande s’il s’agit vraiment de fiction, comme par exemple dans les histoires de Sherlock Holmes, racontées par Watson.

      Petite contrainte : si vous utilisez la première personne, votre narrateur est le personnage principal de l’histoire, vous racontez l’histoire de son point de vue. Si vous commencez à raconter ce que pensent les autres personnages ou ce qu’ils font quand ils ne sont pas avec le narrateur, vous faites apparaître un second narrateur (un narrateur « omniscient »), et ça peut prêter à confusion.

      Le choix du narrateur-protagoniste peut-être une bonne solution si vous craignez que votre personnage ne soit pas empathique. Si, par exemple, votre héros est un tueur en série, le lecteur peut avoir du mal à le suivre, à s’identifier. Mais si ce personnage est le narrateur, il se confie au lecteur qui devient, d’une certaine façon, son complice. Le tueur peut aussi expliquer pourquoi il agit ainsi, et le lecteur peut mieux le comprendre. C’est l’une des astuces du livre « Ce cher Dexter » de Jeff Lindsay, le livre qui est à la base de la série Dexter.

  2. Emma a dit :

    Bonjour, cela fait plusieurs jours que je me pose la question : peut il y avoir plusieurs éléments déclencheur dans un récit ?
    Cela maidrait vraiment de savoir ! Et après avoir lu cet article, j’aimerais savoir si l’élément déclencheur doit forcément agraver la situation et j’aimerais savoir aussi si l’élément déclencheur peut apparaitre seulement au milieu de l’histoire, est ce gênant pour les lecteurs ?
    Merci encore

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour Emma,

      Par définition, le déclencheur est unique. Il peut nécessiter un catalyseur et ainsi donner l’impression qu’il est en plusieurs parties, il y a parfois une succession d’événements qui amènent le déclencheur (Les champions de l’exercice sont les scénaristes des Simpson !), mais il ne peut y avoir qu’un déclencheur par intrigue. Si vous avez l’impression d’en avoir plusieurs, c’est peut-être parce qu’il y a plusieurs intrigues ou parce que les premiers éléments sont des catalyseurs du déclencheur.

      Le déclencheur n’a pas vocation à aggraver la situation d’un personnage, il doit l’amener à une situation de déséquilibre, susciter un désir et l’obliger à entreprendre une action.

      Enfin, comme je l’écrivais dans l’article ci-dessus, tout ce qui est écrit avant le déclencheur correspond à une phase d’exposition. Plus cette exposition est longue, plus le risque est grand que le lecteur se lasse parce qu’il ne sait pas où vous comptez l’emmener.

      Bon courage !

  3. Gdb a dit :

    Merci beaucoup pour cette synthèse, je pense pouvoir dire, unique, sur les blogs français, et j’en ai parcouru un certain nombre !
    Merci donc.

    Et parce que j’aime beaucoup cette citation qui fait écho à une de vos phrases « Un mystère suscite toujours l’intérêt du lecteur. », je me permets de la citer ici :

    « Je veux que le lecteur ne soit sûr de rien, parce que c’est là qu’il est le plus vulnérable à l’imaginaire. »
    Graham Joyce

    Au plaisir.

  4. lecuyer a dit :

    merci d’avance pour tous ces conseils d’écriture. je suis en charge d’animer notre prochain atelier, je vais longuement médites tout ça pour le faire partager , je vous tiens au courant de nos avancées.

  5. Mathieu a dit :

    Merci pour cet article qui me forme assez pour mes livres en cours de rédaction. Une question: l’exposition et le catalyseur sont-ils obligatoires dans la nouvelle? (Justifiez-vous s’il vous plait)

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour,
      premier point, le catalyseur est un élément parfois utilisé pour rendre le déclencheur plus dynamique. Sa justification dépend de la nature du déclencheur.
      L’exposition est-elle obligatoire dans une nouvelle?
      Comme dit dans l’article, l’exposition contient les éléments nécessaires à la compréhension du déclencheur et de la réaction du protagoniste. Parfois, un déclencheur ne nécessite aucune explication: Un enfant ne rentre pas de l’école, sa mère part à sa recherche. Ca peut être intéressant de développer l’angoisse, d’étirer le temps, mais au niveau de la compréhension de la situation, pas besoin de faire trois pages. L’exposition peut parfois être réduite à quelques lignes, cela devient une simple introduction. Plus le texte est court, plus vous pouvez le démarrer rapidement.
      Mais si vous supprimez l’exposition, vous allez sans doute devoir fournir des détails après le déclencheur, ce qui peut ralentir votre texte une fois qu’il a démarré:
      Si vous commencez votre histoire par « La bombe explosa vers midi. » il n’y a pas d’exposition, on entre directement dans le vif du sujet avec un déclencheur dynamique, une bombe. Mais une fois la bombe explosée, vous allez devoir introduire votre personnage, expliquer son lien avec la bombe. Le fait d’avoir mis le déclencheur au début, n’est pas forcément le plus efficace dans ce cas là.
      enfin, le déclencheur est l’élément qui lance l’histoire, le coup de clé qui fait démarrer le moteur. Si vous avez une histoire, il y a nécessairement un début. Le déclencheur n’est pas forcément spectaculaire, ça peut être un regard, une pensée, un geste minime, mais lui, il est obligatoire, avec ou sans catalyseur.

      J’espère que ça vous aidera.

      Cordialement

  6. Mathieu a dit :

    Merci beaucoup. J’ai parfaitement compris.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.