Vous êtes ici : L'anthologiste » Conseils sur l'écriture » 5 techniques pour écrire une bonne fin : Conclusions

«

»

5 techniques pour écrire une bonne fin : Conclusions

Nous avons identifié ensemble 5 stratégies efficaces pour écrire des fins à la hauteur des attentes de nos lecteurs. Bien entendu, il ne s’agit que de possibilités, ces techniques ne sont en rien exhaustives.

Au-delà de la mécanique que vous choisirez pour conclure votre récit, je pense que toutes les bonnes fins ont un certain nombre de qualités communes. Aussi, je souhaite partager avec vous ce qui me semble le plus important :
 

I Les qualités d’une bonne fin :

Tout d’abord, la fin doit… exister !

Il faut une fin ! Comparons une fiction à un match de foot (c’est juste pour l’image !). L’équipe que vous supportez peut gagner, perdre ou encore obtenir un match nul. Quoi qu’il se passe sur le terrain (des prolongations, des tirs au but…), à un moment, l’arbitre va siffler la fin du match. À un moment précis, un signal va indiquer cette fin.Il faut qu’il en soit de même pour les histoires que vous écrivez.

Trop d’histoires ne se terminent pas vraiment. On arrive à la fin et on se demande s’il ne manque pas des pages, si on a tout compris. En général, si on a l’occasion d’en parler avec l’auteur, celui-ci va commencer à parler de « tranche de vie», de fin « ouverte ». Attention donc à bien distinguer une fin ouverte d’une non-fin :

Lorsque l’on parle de fin « fermée », Le héros entreprend une ultime action pour atteindre son objectif. Une fois cette action effectuée, il ne peut plus rien faire en rapport avec cet objectif. La fin la plus fermée : le héros meurt. La plupart des histoires policières se terminent par une fin fermée : Le flic arrête le meurtrier.

Si la fin est « ouverte », le protagoniste atteint ou pas son objectif, mais ce qui est important, c’est que la quête de son objectif lui a ouvert de nouvelles perspectives. La fin des histoires d’amour est souvent ouverte : Ils ont compris qu’ils s’aimaient, ont décidé de construire quelque chose ensemble, et maintenant, on les laisse faire leur vie.

Ce qui différencie une fin ouverte d’une non-fin, c’est le franchissement d’une étape. Le personnage termine un cycle de sa vie et s’en va vers le commencement d’un autre.

Certains auteurs pensent parfois que « pour cette histoire-là, la fin, ce n’est pas très important», ou alors, face à la difficulté de trouver une fin satisfaisante, renoncent en se persuadant que ce n’est pas grave. Je pense que ce raisonnement est mauvais et que négliger la fin d’une histoire sera toujours préjudiciable. Une bonne fin est essentielle parce que c’est elle qui imprime la dernière impression à votre lecteur et le souvenir qu’il se fera du moment passé avec vous.

La fin doit être honnête et cohérente.

Lorsque vous écrivez, vous choisissez les informations que vous allez donner au lecteur, mais aussi, et surtout, celles que vous allez cacher. Vous allez tenter, d’une façon ou d’une autre, de surprendre le lecteur, et si vous souhaitez construire une fin spectaculaire, la façon dont vous allez distribuer les informations essentielles va déterminer la réussite ou l’échec de votre fin.

Vous pouvez tout faire, sauf mentir. Si vous trichez, votre lecteur s’en rendra compte, et votre histoire n’aura plus aucun intérêt à ses yeux. De même, votre fin doit être amenée. Elle doit être un prolongement logique et naturel du reste de votre récit.

La fin doit être compréhensible.

Une fois que vous aurez déterminé le concept de votre fin, il vous faudra la rédiger, et l’une de vos principales préoccupations va être de trouver le bon compromis entre une explication trop appuyée (qui fera sentir au lecteur que vous le prenez un peu pour un demeuré) et une fin trop subtile (qui risque de ne pas être comprise). Évidemment, il est plus sympathique d’écrire en sous-entendus et en non-dits, mais essayez vraiment de vous mettre à la place de vos lecteurs. Ils ne sont pas dans votre tête, cela signifie qu’ils ne savent pas tout ce que vous n’avez pas écrit.

De plus, en cas d’incompréhension, ce n’est pas l’intelligence de votre lectorat qui est en cause, c’est sa concentration. Lorsqu’ils lisent un récit, la plupart des gens s’évadent : Telle phrase leur rappelle une autre lecture ou une anecdote, ils lèvent la tête pour voir à quelle station en est le métro, ils interrompent leur lecture pour répondre au téléphone. Bref, leur compréhension du récit est parasitée par tout un tas d’éléments que ni vous ni eux ne maitrisent. L’avantage de la nouvelle est que, de part son format court, elle se lit le plus souvent en une fois, mais malgré ça, les gens peuvent oublier un élément ou passer à coté d’un détail. Et d’un autre coté, qu’y a-t-il de plus énervant que de se faire expliquer quelque chose que l’on a déjà compris ? Le meilleur moyen de parvenir au bon dosage est de faire lire une version test et de demander des retours à ses lecteurs. Commencez par écrire la fin la moins explicative, et faites lire votre texte autour de vous sans donner la moindre information préalable.

Un conseil supplémentaire que je peux vous donner, c’est de déterminer le mot qui correspond le mieux au retournement de situation de votre fin, et de faire apparaître ce mot dans le dernier paragraphe de votre histoire.

La fin doit susciter une émotion.

Beaucoup de gens associent la « nouvelle » à l’idée de chute. Une chute, c’est un rebondissement spectaculaire, un éclairage nouveau sur toute l’histoire. C’est une surprise forte associée à une émotion forte. C’est chouette quand c’est réussi, mais ce n’est pas une obligation. D’autant qu’il est parfois difficile de provoquer une réelle surprise. Cela dépend fortement du genre (dans une histoire d’amour, la plupart du temps, ils vont finir ensemble, on le sait dès le départ).

Même si la fin n’est pas surprenante (il est dans l’aéroport, il a son ticket, mais finalement, il se rend compte qu’il aime Cindy et fait demi-tour pour la rejoindre et la demander en mariage), ce qui est important, c’est qu’elle suscite une émotion. Il y en a 4 principales : la peur, la colère, la joie et la tristesse. Si vous ne pouvez pas déterminer en un instant celle que votre fin doit provoquer, vous pouvez recommencer !

II Quelques conseils supplémentaires

Ne cherchez pas à rendre votre fin systématiquement positive.

J’avais abordé cette notion dans le billet sur la découverte, mais les notions de tragédie et d’ironie dramatique sont valables quelle que soit votre fin. Les auteurs de romans ou de scénarios le savent, il est très difficile de faire mourir ou échouer le protagoniste d’une histoire. Tout simplement parce que les spectateurs veulent le voir réussir, et le travail premier d’un auteur est de satisfaire ses spectateurs.

Mais un lecteur ne crée pas la même relation avec un héros de roman et un héros de nouvelle. C’est une question d’intimité, et l’intimité se crée au fil du temps partagé ensemble. C’est une force de la nouvelle sur toute autre forme de récit long : on ne sait jamais comment ça va finir. Que le type qui va rejoindre son amoureuse se fasse écraser par un camion, que le flic tombe dans le piège du tueur en série, que finalement, cette fille qu’il aime soit en fait mariée, tout est bon à prendre. Aussi, n’hésitez pas à malmener vos personnages.

Construisez votre histoire à partir de la chute.

Quel que soit l’élément qui vous a donné envie d’écrire cette histoire — pour ma part, c’est souvent un déclencheur — essayez en premier lieu de déterminer la fin. Quand vous saurez où votre histoire vous mène, il sera plus facile de la reprendre depuis le début et d’amener au mieux le climax. N’oubliez pas que le dénouement doit être surprenant, mais logique. Dans un second temps, votre travail sur la construction de votre intrigue consiste à fournir au lecteur tous les éléments permettant de rendre la chute la plus efficace possible.

Essayez de donner la clé du rebondissement le plus tard possible.

Dans un film ou un roman, le climax est suivi d’un « retour à la maison ». Truby appelle ça « le nouvel équilibre ». Le héros retourne dans son environnement habituel, le public observe son comportement et constate son évolution. Cela permet aussi au spectateur/lecteur de décompresser avant son retour dans la vie réelle à évacuer les émotions qu’il vient de ressentir lors du climax. À l’échelle de la nouvelle, cette phase de décompression (et d’exposition) nuit au récit. Il n’y a rien à ajouter après la chute. L’efficacité de la chute est inversement proportionnelle à la taille des explications qu’elle nécessite. Dans la nouvelle justement intitulée le fin mot (voir « le dévoilement »), la chute est techniquement parfaite puisqu’elle tient en un mot, le dernier du texte. Un autre très bel exemple : le doigt du monstre de Stéphane Chamak.

 Développez (au moins) une double chute.

Ne vous contentez pas d’une fin, construisez une explosion de rebondissements (de préférence en contradiction les uns avec les autres). Une première chute vous permettra de contenter le lecteur, et les suivantes de dépasser ses attentes.

J’espère que cette série de billets vous aidera à construire vos intrigues et à écrire des histoires brillantes.

L’anthologiste

Lien Permanent pour cet article : http://www.lanthologiste.fr/fin-conclusions/

17 commentaires

  1. Balde Moboubere a dit :

    je suis vraiment satisfait des infos que vous donnez sur la nouvelle

    1. L'anthologiste a dit :

      Merci!

  2. Christine a dit :

    Bonjour ! Je travaille présentement sur un projet au cours duquel je vais devoir écrire des nouvelles. Je suis certaine d’utiliser vos informations car elles sont claires, précises et inspirantes.
    Le seul problème est que je dois citer toutes mes sources et faire une rigoureuse bibliographie. Ce doit aussi être des sources fiables (les blogs n’étant pas considérés comme fiables) alors je me demandais s’il y avait un livre dans lequel vous êtes allés vous renseigner ou quelles sont les sources que vous avez consultées afin de mettre sur pied ce site.
    Si, pour une raison quelconque, vous ne voulez pas les dévoiler, j’aimerais avoir quelques informations sur vous soit votre nom, votre profession et votre expérience sur le sujet.
    N.B: ces informations serviront pour mon projet seulement et seront vues par un nombre très limité de personnes.

    Merci beaucoup de votre aide ! Continuez votre bon travail, vous êtes une référence en or.

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour,

      Je suis flatté que vous utilisiez mon travail pour vos recherches, mais je ne peux malheureusement pas vous donner un nom à citer qui soit plus crédible que le mien. J’ai lu de nombreux ouvrages consacrés à la dramaturgie, à l’écriture, j’ai passé de longs moments à décortiquer des textes que j’aimais, j’ai eu des discussions passionnées avec des auteurs, des scénaristes, j’ai travaillé sur des projets littéraires et audiovisuels, j’ai suivi des formations, des masterclass…
      Les quelques réflexions publiées sur ce blog sont une synthèse de ce que j’ai appris, tout le contenu de ce blog est original, je n’ai pas recopié quelque chose qui existait déjà. Si vous souhaitez utiliser mes idées, il va donc falloir faire avec moi comme source.
      D’autant que je ne présente pas des faits historiques ou des statistiques qu’il faudrait vérifier, je propose une méthode de travail. Libre à chacun d’y adhérer ou pas, mais dans la mesure où, selon vous, mes informations sont claires et précises, je ne vois pas comment on peut dire que ça « manque de fiabilité ».
      Néanmoins, puisque votre question porte également sur les livres de référence qui traitent de la dramaturgie, voici un lien vers un site qui présente une bibliographie sélective assez pertinente. Elle est orientée « scénario », mais la plupart des livres cités font partie de mes sources d’inspiration :
      http://www.cedricsalmon.fr/2011/03/truby-robert-mckee-linda-seger-methode.html

      Cordialement

      1. Christine a dit :

        Merci beaucoup de votre réponse ! Je vais consulter le site que vous me proposer avec grande attention. Pour ce qui est de votre travail sur ce site, je ne voulait vraiment pas vous froisser en le qualifiant de peu fiable. Je serais ravie de vous citer dans mes sources… Sous le nom de l’anthologiste ?

  3. laura a dit :

    en fait je sais pas si ma question va être hors sujet mais je suis en troisième et j’ai écris une chute à partir de la nouvelle reflet noir et j’ai dis que le médecin avait laissé un mot et qu’il avait tué son patient vous pensez que c une bonne chute et en plus j’a fait beaucoup de paragraphes et j’a mis deux phrases à je alors que le narrateur est il vous pensez que c grave???
    ps:merci pour votre réponse.

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour,
      Je suppose que votre exercice porte sur la nouvelle de Didier Daeninckx.
      il m’est difficile d’évaluer votre fin car je ne sais pas sur quoi porte votre exercice, si vous avez lu la nouvelle en entier et devez imaginer une suite, ou si vous n’avez lu que le début du texte et devez retrouver la fin.
      De ce que j’en sais, l’histoire est celle d’un aveugle très riche et très raciste. Un médecin lui propose de lui rendre la vue. Quand l’homme se réveille après son opération, il voit son reflet dans le miroir et découvre alors qu’il est lui-même noir. Il me semble que c’est l’histoire originale. Je ne vois pas trop comment vous en arrivez à ce que le médecin tue l’homme et laisse un mot. je ne peux donc pas vraiment vous répondre.

      Concernant les phrases à la première personne (je), en effet, l’histoire est à la troisième personne (il). Cela signifie que le narrateur est extérieur à l’histoire. Si tout à coup, vous utilisez « je », le narrateur devient un personnage de l’histoire. si ce n’est pas fait pour une raison particulière, j’ai peur en effet que ce soit une erreur.

  4. Jack a dit :

    Bravo pour ces conseils toujours très pertinents et qui témoignent d’une volonté généreuse de faire partager ses connaissances… mais on peut se demander pourquoi chercher à tout prix une méthode pour fabriquer une nouvelle ? Une nouvelle réussie c’est un peu comme un tour de magie bien réussi, non ? Or, on ne révèle pas le secret d’un tour de magie, ou du moins une fois révélé…il n’y a plus de magie du tout ! Donc , chut !!! Chut, la chute !
    ps. juste une petite observation au passage (climat n’a jamais pris de « x » à la fin…. du moins jusqu’à présent ;-)))

    1. Tom a dit :

      Merci pour votre aide, ce site aide vraiment et me donne à la foie des bonnes idées et à la foie des conseils pour ameliorer mon francais et mon ecriture,

      Merci encore, je reviendrai volontier…

  5. L'anthologiste a dit :

    Bonjour Jack,

    Merci pour votre commentaire. Votre comparaison me parait bonne, mais si une nouvelle s’apparente à un tour de magie, alors je vous répondrai que la magie… ça s’apprend! Et les magiciens qui conçoivent de nouveaux tours ont tous, à mon avis, commencé par apprendre les bases de leur art. Et c’est bien l’objet de mes articles, partager ce qui me semble être une base de réflexion. Ce n’est pas non plus la recette du nutella! 😉

    Le climax est un terme technique, voici la définition d’Yves Lavandier (La dramaturgie, éditions le clown et l’enfant): anglicisme désignant le noeud dramatique (…) résout les problèmes posés par l’action et apporte la réponse dramatique. En général, c’est aussi le noeud dramatiquele plus intense de l’oeuvre, le plus conflictuel et/ou le plus spectaculaire.

    Bonne journée.

  6. Thomas a dit :

    Bonjour, j’aurais voulu savoir s’il était possible d’appliquer les mêmes conseils à un roman, dans l’exemple de la chute, est-il possible de finir un roman par une chute ?

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour,
      L’ensemble des outils contenus dans les billets « Lancement »/ »développement »/ »fin » de l’intrigue peuvent vous aider à écrire des romans, les bases de la dramaturgie restent les mêmes indépendamment du format. Il existe ensuite de nombreuses techniques plus spécifiques, bien entendu. Attention toutefois, la fin de votre histoire doit être « proportionnelle » à sa durée. Dans un roman, l’intrigue principale est plus complexe, il peut y avoir des intrigues secondaires, les personnages sont plus nombreux, plus développés. Vous aurez besoin de boucler toutes les lignes dramatiques, le lecteur s’attendra à une fin plus riche en émotion, plus spectaculaire que pour une « petite » nouvelle. Le terme « chute » fait référence à un dénouement surprenant. La surprise n’est qu’une émotion possible parmi d’autres, mais au bout de 300 pages, il faut que la surprise soit de taille ou qu’elle ne soit qu’une partie d’un dénouement plus vaste.

      Cordialement

  7. melinda a dit :

    Je me suis aperçue qu’il manquait une véritable chute à mon roman; en lisant vos conseils, elle m’a glissé des mains, elle s’est écrite toute seule, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Merci !
    Du coup, je l’ai attaché à mon site, dans mes outils pour écrire. Nul doute que j’y reviendrai.

  8. Enis a dit :

    Bonjour ! Merci pour vos conseils qui m’aident beaucoup. Mais je suis face à un problème : j’écris actuellement une trilogie dystopique, le premier se termine par un twist final, et j’aimerai conclure la saga par une fin où pour une fois le gentil ne gagne pas/perd mais je crains que les lecteurs ne détestent l’histoire juste pour la fin. En fait, j’aimerais écrire une fin qui se termine « mal » et qui risque de déplaire sans en dégoûter les lecteurs et remettre en cause toute l’histoire. Est-ce possible ? Merci par avance, cordialement

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      Ne vous inquiétez pas, l’échec de votre protagoniste ne remettra pas en question toute votre histoire. Vous souhaitez simplement écrire une tragédie, vous ne serez pas le premier. Je vous rassure, les lecteurs ont massivement approuvé l’histoire de romeo et Juliette, celles de Julien sorel, ou de Meursault (l’étranger)…
      Si votre personnage a bien été travaillé, le lecteur sera triste de constater sa défaite, il ressentira de la frustration, de la colère, de la tristesse, mais cela fait partie des émotions que l’on vient rechercher dans un livre. En revanche, il faut veiller à être cohérent dans le développement de l’intrigue et dans la déclinaison du thème. Sans annoncer à l’avance que l’histoire se finira mal, il faut savoir préparer le terrain: Déjà, s’il s’agit d’une trilogie, j’imagine qu’il doit y avoir un enjeux à la hauteur, il faut que le personnage ait beaucoup à gagner ou beaucoup à perdre. Il faut un antagonisme redoutable, on doit sentir que le victoire n’est pas acquise pour le héros. Il faudrait également que cette défaite ait un sens, ou bien qu’elle serve à quelque chose : par exemple, si une femme renonce à l’homme qu’elle aime parce qu’elle sait qu’il sera plus heureux avec une autre, sa défaite prend la forme d’un sacrifice plutôt joli. En revanche, si Indiana Jones avait bu dans le mauvais Graal, sa mort n’aurait servi à rien, et le film n’aurait pas fonctionné.
      Bon courage!

      1. Enis a dit :

        Merci beaucoup ! Je sais ce qu’il me reste à faire, en vous souhaitant une bonne journée

  9. GENIER a dit :

    Merci pour vos précieux conseils. J’écris de nombreuses nouvelles et chaque fois je suis la narratrice. Pourtant, mes nouvelles viennent souvent de mon expérience, des histoires personnelles que j’ai vécu. Même lorsque c’est mon imagination qui fonctionne je ne sais être que la spectatrice.
    Pour les chutes, c’est toujours mon point de départ, le démarrage se fait à partir de ce que sera la fin.
    Je participe à une foultitude de concours où je demande mon classement . Ce n’est pas de gagner qui m’importe, c’est la place que j’occupe dans la sélection.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.