Vous êtes ici : L'anthologiste » Conseils sur l'écriture » Maîtrisez les subtilités de la grammaire

«

»

Maîtrisez les subtilités de la grammaire

Un verbe dont on ne maîtrise pas la transitivité, une concordance de temps hasardeuse, un adjectif à l’accord retors, et le dramaturge tombe de son piédestal. Chaque faute évitée est un pas de plus vers le succès.Voici quelques exemples de fautes à éviter :

 

Abuser / Abuser de

Abuser une personne signifie profiter de sa confiance ou de sa crédulité pour la tromper : « J’abuse le passant en lui demandant mon chemin pour lui voler son portefeuille. »

Abuser d’une personne, c’est la posséder alors qu’elle n’est pas en mesure de refuser ou de se défendre (synonyme de violer). « Le maire a abusé de son assistante pendant plusieurs mois. »

Amour / délices / hymne / gens / météorite / orgues : la question du genre

Ces mots offrent des particularités étonnantes concernant leurs genres :

Amour, masculin au singulier, féminin au pluriel, ce qui nous permet de composer l’horrible phrase suivante : « De toutes mes amours, celui-là est le plus beau. »

Délice est masculin au singulier et féminin au pluriel, comme amour.

Hymne est masculin lorsqu’il s’agit d’un chant solennel, lyrique ou à la gloire d’un héros, mais « S’emploie au féminin, dans l’Église latine et les Églises d’Orient, pour désigner un chant solennel qui fait partie de l’office ou accompagne certaines processions » (vu dans le dictionnaire de l’Académie).

Gens est féminin et parfois masculin, à moins que ce ne soit l’inverse ! Voici l’explication donnée par l’Académie française : « lorsque gens est immédiatement précédé d’un adjectif possédant une forme féminine distincte de celle du masculin, cet adjectif s’accorde au féminin ; cependant, cet accord n’est pas étendu aux autres éléments de la phrase, sauf pour les adjectifs tout et quel : « Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux. »,  « Toutes les vieilles gens », « tous les habiles gens », « Quelles sottes gens ! »

La règle ne s’applique pas lorsque gens est suivi d’un complément introduit par de et désignant une qualité, une profession, un état. Dans ce cas, l’accord se fait toujours au masculin. « Les vrais gens de cœur », « De nombreux gens de lettres »». Allez, courage !

Météorite est masculin ou féminin, c’est comme on veut !

Oasis est, par défaut, féminin, mais peut se rencontrer au masculin.

 Orgue est masculin, mais au pluriel, il devient féminin lorsque les orgues ne désignent qu’un seul instrument : On parlera « des somptueux orgues de Notre-Dame de Paris » parce qu’il s’agit de trois instruments distincts : Le grand orgue, l’orgue de cœur et l’orgue mobile. Les orgues de Notre-Dame sont masculins.

À l’inverse, on évoquera « les somptueuses orgues de l’église Saint-Sulpice », parce qu’il s’agit d’un instrument immense.

Réglisse est féminin lorsqu’il s’agit d’évoquer la plante, mais peut être féminin ou masculin lorsqu’il s’agit de la racine.

Voici quelques noms pour lesquels l’erreur est fréquente :

Masculin :

Abîme, ail, amiante, antre, appendice, apogée, arcane, armistice, astérisque et obélisque, auspices, chrysanthème, décombres, éloge, équinoxe, esclandre, exode, haltère, hémisphère, hospice, interstice, limbe, opercule, ouvrage, ovule, pore, tentacule,

Féminin :

Absinthe, Algèbre, acné, acoustique, affres, alcôve, amnistie, anagramme, anicroche, arabesque, argile, arrhes, atmosphère, ecchymose, échappatoire, écritoire, éphémérides, épitaphe, espace (typographie), extase,  glaire, hécatombe, hydre, idylle, immondice, octave, orbite, oriflamme, patère, primeur, stalactite, stèle, ténèbres, urticaire, vêpres, vésicule…

Les adjectifs de couleurs

L’accord de ces adjectifs que nous utilisons constamment dans nos descriptions fait l’objet de plusieurs règles et de plusieurs exceptions :

I Les adjectifs simples, qui n’ont pas pour base le nom d’un objet, d’une matière ou autre, s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’ils qualifient :

« Palsambleu, morbleu, ventrebleu, jarnibleu ! Dieu aussi a eu son époque bleue. »

Fatras – Jacques Prevert

« Oh ! Attention, monseigneur, à la jalousie ; c’est le monstre aux yeux verts qui tourmente la proie dont il se nourrit. »

Traduction d’Othello – William Shakespeare

 

II Les noms communs employés comme adjectifs sont invariables : Orange, marron, turquoise, or, brique, ébène, etc.

« Y veut des lunettes noires pour des yeux marron. Il a qu’à essayer ceci ».

Les hommes en blanc – Pierre Desproges

Donnons maintenant un peu de piquant à l’exercice en ajoutant quelques exceptions : Rose, mauve, pourpre, écarlate, fauve et incarnat sont variables :

« Tandis que les crachats rouges de la mitraille – Sifflent tout le jour par l’infini du ciel bleu; – Qu’écarlates ou verts, près du Roi qui les raille, – Croulent les bataillons en masse dans le feu. »

le Mal – Arthur Rimbaud

 

III Lorsque l’adjectif est composé, il devient invariable : « Des eaux bleu-vert », « des vestes rouge foncé », « des voitures jaune citron »…

 

IV Si l’adjectif fait référence à un nom propre, il conserve sa majuscule : « Des chaussures bleu Klein. »

 

V Lorsque l’on souhaite décrire un objet multicolore, les adjectifs employés sont invariables : « Des monstres jaune et vert » signifie que chaque monstre porte la couleur jaune et la couleur verte. Lorsque l’on souhaite décrire des objets de différentes couleurs, les adjectifs s’accordent en genre et en nombre : « Des monstres jaunes et verts » signifie qu’il y a des monstres entièrement jaunes et des monstres entièrement verts.

Après que

Après que doit être suivi de l’indicatif et non du subjonctif :

On dira « Après que je suis parti » et non « après que je sois parti ».

En général, cette erreur est tellement courante que lorsque l’on applique bien la règle, ça sonne mal. Il me paraît préférable de contourner cette locution autant que possible car peu importe que vous ayez raison ou pas, votre objectif est de garder votre lecteur dans sa bulle émotionnelle.

Dans le même ordre d’idées, afin que, bien que et pour que sont suivis du subjonctif, comme si et étant donné que, de l’indicatif, et quand bien même du conditionnel.

La capacité de

Capacité peut être suivie de la préposition de, mais pas de la préposition à : « Il faut avoir la capacité d’apprendre les règles de grammaire ». La capacité à faire quelque chose est une faute.

Demi ou demie

I Demi utilisé comme nom (un verre de bière ou un sportif) s’accorde en nombre.

 

II Demi(e) utilisé comme substantif s’accorde en genre selon ce qu’il remplace et en nombre : « les demies » pour les demi-heures.

 

III Utilisé devant un nom ou un adjectif et suivi d’un trait d’union, demi est un adverbe, et donc invariable :

« J’aperçus les réverbères agités, dont la lumière demi-éteinte vacillait comme la petite lampe de ma vie ».

Mémoires d’outre-tombe – Chateaubriand.

 

IV Et demi est un adjectif, il s’accorde en genre du nom auquel il se rapporte, mais reste bien entendu singulier : « une douzaine et demie de poules », c’est à dire 18 poules.

« L’aphorisme ne coïncide jamais avec la vérité : il est soit une demi-vérité, soit une vérité et demie. »

 Les aphorismes – Karl Kraus

 

V À demi est invariable.

Une espèce de…

La locution une espèce de reste au féminin, quel que soit le sujet auquel elle se rapporte : « une espèce de grand machin ». Il ne faut jamais écrire un espèce de… Ce serait une espèce de manquement aux convenances de la grammaire.

Leur / leurs

Leur peut être un pronom, il est alors le pluriel de lui et est invariable : « Je vais leur dire de ne plus jouer avec les yeux du chat ».

Leur peut également être un déterminant possessif. Selon le dictionnaire de l’Académie, il est singulier si chaque possesseur ne possède qu’une unité de possession (auquel cas leur peut être remplacé par le ou la), et pluriel dans le cas contraire (leurs remplacé par les) : « Ils sont partis avec leur lance-pierre et leurs cailloux ». Chacun est parti avec un lance-pierre et plusieurs cailloux.

Cependant, L’Académie donne l’exemple suivant : « Les chevaux sortent de leurs boxes » qui contredit la règle. Contacté à ce sujet, le service du dictionnaire de l’Académie m’a répondu que, considérant les écrits de grands auteurs, il est acceptable d’employer le singulier ou le pluriel, selon que l’on considère l’exemplaire de chacun ou l’ensemble des exemplaires.

Ainsi, Hugo écrit: « les deux Lords ôtèrent leurs chapeaux », tandis que Chateaubriand écrit « mes compagnons, ôtant leur chapeau goudronné ».

Conclusion: le choix doit être guidé par la logique du propos, de façon à lever toute ambiguïté. Pour des compagnons ôtant leur chapeau, on comprend sans peine qu’il y a un chapeau par compagnon et non pas un chapeau collectif. À l’inverse, si plusieurs personnages regagnent leur appartement, on écrira « ils regagnent leur appartement » s’ils habitent tous ensemble, ou « ils regagnent leurs appartements » si chacun retourne dans une habitation différente.

Pallier un manque

Pallier est un verbe transitif direct, la faute est courante, mais il ne faut pas dire pallier à : « J’espère que cette lecture vous permettra de pallier certaines lacunes ».

Postuler ou postuler à/pour

L’utilisation de la préposition à est généralisée, mais il s’agit d’une faute. Postuler est un verbe transitif direct. « On postule un emploi », et non à un boulot ou pour un job. Ce mot étant plutôt élégant, il convient de bien l’employer.

Se rappeler quelque chose

Se rappeler fait partie de ces verbes transitifs directs, il ne faut pas lui adjoindre une préposition, contrairement au verbe se souvenir.

« Je me souviens de ce baiser, je m’en souviens bien. »

« Je me rappelle ce baiser, je me le rappelle. »

 

J’espère que ces quelques petits rappels vous aideront et vous permettront d’éviter quelques fautes…

L’anthologiste

Lien Permanent pour cet article : http://www.lanthologiste.fr/grammaire/

6 commentaires

  1. Mme C Ballard a dit :

    Bonjour Monsieur Grammaire (!)
    Je suis americaine et avec ma collègue anglaise nous venont de lancer un service en France – une formation courte et pointue pous préparer un entretien d’embauche où l’anglais sera impératif.
    Nous avons suivi votre direction, que postuler ne doit pas être suivi par ‘à’ ou ‘pour’. ‘Postuler un emploi’ est correct. MAIS! Nous avons pas mal de gens qui insistent que « ça ne se dit jamais comme ça!! » Nous nous trouvons dans la situation ironique sublime de défendre la grammaire française correcte. Seriez-vous interessé (ou comme vous êtes occupé, un collègue) pour écrire un ‘blog post’ sur le sujet, pour notre blog? Environ 200 mots, avec l’humour nécéssaire dans cette situation ironique?
    Je vous remercie en avance,
    Carrie Ballard

    1. L'anthologiste a dit :

      Bonjour Carrie,
      Je vous envoie ma réponse par mail, j’espère qu’elle vous satisfera. Merci de défendre notre patrimoine linguistique, et good luck pour votre site.

      L’anthologiste

  2. Ibn Muzni a dit :

    Je crois que « postuler à » est maintenant largement admis. Sa condamnation témoigne d’un état ancien et dépassé de la norme linguistique, car la norme évolue aussi. Bientôt, ce sera « postuler » qui sera une erreur, et non « postuler à » (si ce n’est pas déjà le cas). Il ne faut donc pas être plus royaliste que le roi lol!
    Merci pour ces posts! 😉

    1. L'anthologiste a dit :

      bonjour,
      Vous avez raison, « postuler à » est largement admis. Admis par qui? Disons qu’avec ou sans le à, vous serez compris.

      Les normes évoluent, c’est bien l’objet de plusieurs billets sur ce blog. Pour autant, « postuler à » reste une locution incorrecte.
      J’essaye justement de rassembler des mots ou des locutions qui sont souvent des sources d’erreurs ou de confusion, il ne s’agit pas d’être plus royaliste que le roi, mais d’être précis, pour ceux que ça intéresse, mais je ne condamne personne!

  3. zinaida a dit :

    L’information proposée c’est très utile.

  4. Keitamohamedsimbo a dit :

    Je vous remercie énormement .

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.